Sao Luis au Brésil [23-25 juillet 2012]

Posted in 2012 Brésil with tags , on 29 juillet 2012 by chonxchon

On arrive à Sao Luis par le Bus depuis Belem. Il est presque 22h et comme nous vous l’avions indiqué dans notre précédent article, nous n’avions pas pu réservé une chambre car tous les hôtels affichaient complet. Heureusement, nous nous étions inscrit sur le site SurfCouching la veille (le site internet qui permet de recevoir des voyageurs chez soi) et nous avions échangé un message avec un militaire de Sao Luis en précisant notre n° de téléphone. A peine sortis du Bus, nous recevons un texto et 10mn plus tard Lucas, le militaire, vient nous chercher en voiture ! Il nous sauve la vie ! Il nous invite chez lui, dans une base militaire. Une chambre nous attend avec un lit double. Le bonheur. Notre hôte est super sympa et serviable. On se sent comme à la maison.

Le lendemain, on visite le centre historique de Sao Luis. La ville fut fondée par un français. Le centre est très sympa. Les bâtiments coloniaux sont restaurés pour certains. D’autres malheureusement tombent en ruine.

Le soir, on rejoint la base militaire et on essaye avec beaucoup de mal de trouver un magasin pour acheter de quoi faire à manger pour remercier Lucas. Mais où les habitants s’approvisionnent-ils ??? On trouve quand même une petite echoppe où on achète des pâtes, de la sauce tomate et quelques glaces. Après manger, Lucas nous emmène en voiture visiter les nouveaux quartiers de la ville, au Nord. On se croirait dans une autre ville. Les avenues sont larges et arborées. Des bâtiments flambant neufs longent la côte. On s’arrête sur une place où un spectacle folklorique a lieu. On boit une bière et on rentre se coucher. Et oui, demain on se lève tôt. Le bus pour Barreinrinhas part à 8h45 !

A suivre : La découverte des Lançois…le désert de dunes.

Belem au Brésil [21-23 juillet 2012]

Posted in 2012 Brésil with tags , , on 24 juillet 2012 by chonxchon

Depuis l’aéroport de Belem, nous prenons un Bus pour rejoindre le centre-ville et la place de la République. On cherche une pousada indiquée  par Giselle et Brett, 2 australiens super sympas rencontrés à Santarem voilà maintenant quelques jours. On traverse les quartiers pauvres de Belem. Des enfants jouent au cerf-volant dans la rue. Les batiments sont souvent en ruine ou presque, sales et souvent tagués. On trouve facilement la Pousada même si ici, aucune enseigne n’est présente ! Effectivement, le quartier tout comme la ville est assez glauque la nuit tombée et les habitant s’enferment derrière 1,2 ou même 3 grilles souvent électrifiées. Drôle d’ambiance… Cependant la pousada est très agréable et décorée avec beaucoup de goût. On discute avec Kuma, un japonais qui gère l’endroit. On communique encore une fois en mixant les langues ! A 20h30, il fait nuit mais on risque quand même une sortie pour trouver de quoi se nourrir. Effectivement le quartier craint vraiment ! Il y a beaucoup de vagabonds pas très nets du tout qui rampent sur les trottoirs. Et en plus, tous les commerces sont fermés ! On ne trouve aucun restaurant. On finit devant l’hotel Hilton (bizarre dans ce quartier) où un mini kiosque sert quelques encas. Voilà notre première impression assez décevante de Belem. Nous verrons bien demain, dimanche, de jour, à quoi ressemble vraiment la ville.

Après avoir réservés nos tickets de Bus pour Sao Luis, demain lundi 23, nous parcourons les rues de Belem de jour pour changer notre vision de la veille. Proche de notre pousada, sur la place, se situe le marché du dimanche. La Place a une toute autre ambiance. A cette heure, l’atmosphère est populaire et familiale. On se dirige ensuite vers la rive, au marché Ver-o-Peso, l’emblème de la ville. Aucun batiment ou presque n’est restauré. Dommage car ces batiments de la belle époque pourraient être tout à fait somptueux et attirés ainsi de nombreux touristes.

On rejoint alors la maison au 11 fenêtres (casa das 11 janelas), un batiment restauré cette fois, abritant un très bon restaurant et une galerie d’art.

On déambule alors dans les rues de la vieille ville déserte, et oui, nous sommes dimanche. On se risque tout de même à sortir l’appareil photos même si on ne se sent guère rassurés.

Une fois rentrés à la Pousada, nous tentons de réserver un hébergement à Sao Luis. Et oui, le trajet en bus dure a peu près 12h et nous partons demain matin vers 9h. Nous arriverons donc tard et tous les hotels et pousadas sont apparemment complets ! On apprend qu’un festival a lieu dans la ville. Le gérant de la Pousada nous aide en téléphonant à plusieurs hotels. En vain… Nous laisserons donc place à l’improvisation dès notre arrivée à Sao Luis demain dans la soirée.

A suivre !

Vol Santarem – Belem : L’Amazonie vue du ciel [21 juillet 2012]

Posted in 2012 Brésil with tags , , , on 24 juillet 2012 by chonxchon

Aujourd’hui on vous fait partager notre vol inoubliable de Santarem à Belem.
On survole le Rio Amazonas (l’Amazone) et la forêt amazonienne. Le ciel n’est que très légérement nuageux, ce qui nous permet de bénéficier d’un spectacle unique. Le vol ne dure (malheureusement) qu’1h20 !

 

A Suivre : La découverte de Belem !

Forêt amazonienne : Immersion dans le parc national de Tapajos [19-21 juillet 2012]

Posted in 2012 Brésil with tags , , , , , , , , on 23 juillet 2012 by chonxchon

C’est parti pour 2 jours d’immersion dans la forêt amazonienne. Depuis quelques jours nous avons sympathisé avec plusieurs voyageurs de différents pays. Nous formons un groupe de 11 aventuriers prêts à en découdre avec la jungle. L’ambiance est au top, tout comme la météo malgré quelques passages pluvieux occasionnels.

Il faut prendre un bateau avec guide pour 3h de navigation sur le fleuve Tapajos afin d’atteindre la Forêt de Tapajos et plus précisément la communauté de Jamaraqua, composée d’une cinquantaine de personnes, appartenant toutes à la même famille. Cette communauté s’est ouverte à l’écotourisme très récemment.

Le rendez-vous avait été fixé à 8h sur le quai. Mais un malheureux évènement bouscula quelque peu nos plans.

Au réveil, Franck se cogne le crâne contre la fixation métallique de la clim’ et là, c’est le drame… Le sang coule abondamment. Avec une serviette ensanglantée sur la tête, on se rend immédiatement au centre de santé qui est situé heureusement juste en face de notre maison. Une infirmière le prend en charge immédiatement. Elle le rassure. La plaie n’est pas large mais assez profonde. Il va falloir quelques points de suture !!! Et on doit partir dans moins d’une heure dans la jungle. Franck est courageux et l’intervention se passe très vite et bien et sous anesthésie s’il vous plait ! Et l’intervention est gratuite.

Malgré cette mésaventure, nous décidons de partir quand même. Le groupe de voyageurs avec qui nous partons en trek ayant appris la nouvelle par Richard, celui-ci a eu la gentillesse de nous attendre ! Ouf !

Le guide est super sympa et installe un hamac dans le bateau. Franck va du coup dormir pendant les 3 heures de trajet. On longe la côte. Le paysage est splendide.

A mi-trajet, on a le droit à une pause sur une petite plage déserte et paradisiaque.

On arrive à destination, un minuscule village dénommé Jamaroqua dont notre guide, surnommé BATA, est le chef. Sa femme nous accueille. On apprendra qu’elle a 48 ans et 14 enfants dont le plus jeune à 1 an. On installe les hamacs gentiment prêtés par la famille sous un abri couvert de palmes.

1ère excursion : Balade en barque dans les mangroves qui sont en fait dues aux plages totalement inondées. Et oui, c’est encore la saison des hautes eaux. On atteint au bout d’une heure un pont en bois. Tout le monde s’amuse à sauter dans l’eau. Même pas peur des crocodiles et autres bestioles. Franck s’abstient de peur d’infecter sa plaie. Il s’improvise photographe en chef du groupe.

Au retour, à la tombée de la nuit, on découvre le hameau. Les enfants jouent au football. On visite l’atelier de latex du village. La communauté est spécialisée dans la récolte du latex qui n’est à la base que la sève de l’hévéas et qui permet de faire ensuite du caoutchouc. C’est en 1842 que Goodyear créa le procédé de vulcanisation qui permit d’exporter ce caoutchouc. En 1890, Dunlop brevetait les pneumatiques. Toute une histoire !

Alors que la nuit est tombée, on repart en bateau avec notre guide chasser le caiman sous un ciel magnifiquement étoilé. Nous débarquons au bout d’une demi-heure sur un banc de sable entouré de mangroves. Notre guide saute dans l’eau et disparait alors une dizaine de minutes pour réapparaitre avec 2 caimans dans ses mains : un petit et un autre plus impressionnant. Séance photo et frissons pour notre amie Angélique qui se fait mordre par le plus petit !

La nuit se passe donc à l’air libre en mode hamac. Nous sommes bercés par les bruits de la forêt et par la pluie et les éclairs assez présents.

Le lendemain matin, nous partons pour 4h de trek dans la jungle. Nous traversons d’abord la forêt secondaire pour pénétrons petit à petit dans la forêt primaire. Balade tranquille ponctuée d’arrêt nombreux pour observer la faune et la flore amazonienne. On croise entre autre un paresseux perché en haut d’un arbre, de nombreux oiseaux, des singes, des fourmis géantes, 2 mygales…

Le clou du spectacle est l’arrivée au Samaùma, un arbre au tronc gigantesque. A sa base  on peut deviner une tête d’éléphant avec sa trompe.

On revient enchantés de cette randonnée. Le temps est passé très vite. Il est déjà temps de reprendre le bateau pour rentrer à Alter do Chao où nous passons une dernière nuit. Sans le vouloir, nous sommes vendredi et c’est justement le jour où un spectacle de danse folklorique a lieu sur la place du village. On assiste alors à une succession de danses sur un rythme assez soutenu et aux costumes très colorés.

A suivre : Vue aérienne de l’Amazonie en avion en direction de Belem, situé à l’embouchure du fleuve.

Alter do Chao : Lagoa Verde et la Ilha do Amor [17-19 juillet 2012]

Posted in 2012 Brésil with tags , , , on 22 juillet 2012 by chonxchon

Départ pour Alter do Chao à 35km au Sud de Santarem. On arrive dans le village et on se lance à la recherche d’un hébergement. Nous voici arrivés dans un paisible village où nous ressentons dès le départ des ondes positives. Nous ne sommes pas convaincus par les premières pousadas visitées. C’est sous une chaleur accablante que nous passons devant une jolie demeure de couleur bleue. Deux énormes dauphins, l’un rose et l’autre gris, décorant le portail, attirent notre attention. On sonne à la porte et un homme nous accueille.Il nous fait comprendre que la résidence est privée et qu’il est le gardien des lieux. Après une courte discussion, le courant passe et il nous propose alors le logis pour les 4 prochaines nuits. Nous louons donc une chambre à l’étage avec clim’ ! La maison est moderne avec cuisine américaine, living-room, et une piscine ! Le tout pour 50 R$ la nuit (20 euros) !

Au coucher du soleil on se dirige vers le ponton non loin de la maison. On admire alors le spectacle avec au premier plan un local communiant avec la nature. Il plonge alors dans le Rio au moment où le soleil disparait. Le moment est unique.

Le lendemain, un ami du gardien, nommé Mario, nous propose une visite du Lagoa Verde dans sa barque à moteur. C’est parti pour 2 heures de balade sur le lac. Il faut vous préciser qu’à cette époque de l’année les fleuves Amazones et Tapajos sont au plus haut et recouvrent une grande partie des rives. Les plages sont immergées. Seules les cimes des arbres apparaissent et servent de perchoirs aux oiseaux. On navigue alors dans ce paysages irréel.

L’après-midi de cette même journée, nous nous rendons, toujours avec Mario à la Ilha do Amor, une île située à quelques centaines de mètres face au village. Cette île est d’ailleurs accessible à pied à la saison sèche ! On part alors à l’assaut de la colline qui domine les alentours. On retrouve en chemin des voyageurs rencontrés les jours précédents. On forme désormais une petite troupe. Le groupe restera unis quelques jours jusqu’à notre départ pour Belem. Bonne ambiance ! On mixe alors les langues entre l’anglais, le portugais, l’espagnol et le français !

Après cette randonnée, on finit sur la plage en dégustant des caipirinhas, le fameux cocktail brésilien. Les couchers de soleil sont vraiment splendides ici.

A Suivre : Immersion au coeur de la forêt Amazonienne dans une communauté où nous passerons deux jours.

Santarem, la ville étape [15-17 juillet 2012]

Posted in Non classé on 21 juillet 2012 by chonxchon

Après 50 h de bateau sur l’Amazone, il est bon de trouver un minimum de confort dans un hotel. Notre chambre est immense et climatisée…ouf. Dehors les températures doivent avoisinner les 40°. La ville est déserte à notre arrivée…une vrai ville fantôme. On apprendra plus tard que ce jour, dimanche, est férié et que les habitants sont tous sur les plages d’Alter do Chao.

A la tombée de la nuit, les temperatures baissent un peu et les habitants réinvestissent les rues. Des étales fleurissent, la balade de bord de fleuve se remplit.

On profite également du service laverie de l’hotel. Après 3 semaines de voyage et le peu de vetements que nous avons pris avec nous, on peut dire qu’il était temps !

Le lendemain matin, c’est lundi, la ville est en effervescence. On se balade dans le quartier commercant proche de l’hotel. Echoppes de vetements pas chers, bouchers, marché au poissons, vente de bibelots en tout genre : les rues sont très animées ce qui contraste avec la journée d’hier.

On passe alors l’après-midi à étudier la suite de notre parcours dans le nord brésilien. Pas évident vue que les horaires ne sont pas respectés et que les moyens de transport dependent du jour, de la semaine ou du bon vouloir du conducteur. Le Brésil manque cruellement d’organisation !

Nous nous rendons le lendemain à Alter do Chao. Nous faisons un détour par l’aéroport de Santarem où nous reservons un billet d’avion pour Belem pour le 21 jullet afin d’éviter les 3, ou 4, ou 5 (??!) jours de traversée en bateau.

On voit notre bateau s’éloigner de Santarem lors de notre balade sur la rive, au coucher du soleil :

Rendez-vous dans un prochain article pour suivre nos aventures à Alter do Chao, située à 30kms au Sud de Santarem. Au programme : Plage (sur les rives du confluent de l’Amazone), treks dans la jungle et canyoning sur les lacs environnants. On va même y découvrir la Ilha do Amor, l’île de l’amour !

[En Direct] A l’heure où on vous écrit, nous allons quitter Alter do Chao pour prendre notre avion. Ces 4 derniers jours dans la forêt amazonienne ont été extraordinaires et dépaysants. Nous avons pleins d’anecdotes à vous raconter et des centaines de photos à trier. Le temps nous manque comme les points de connexion Internet.

A bientôt pour la suite de nos aventures ! On vous embrasse !

Descente de l’Amazone Partie 01 : De Manaus à Santarem [12-15 juillet 2012]

Posted in 2012 Brésil with tags , , , , on 16 juillet 2012 by chonxchon

Après la quiétude de Trindade, une longue journée de transfert nous attend. On prend le bus local tôt le matin direction Paraty où un bus longue distance nous mène à Sao Paulo en 8 heures. Nous longeons la côte Atlantique puis atteignons les hauteurs des monts alentours jusqu’à Sao Paulo. La route en zig zag est assez éprouvante pour tous les passagers. Sao Paulo nous accueille avec ses bouchons de fin de journée sous la pluie. Il fait 18 °C. C’est le choc. Les polaires sont de mises après les 30 °C habituels du Sud. Nous sautons alors directement dans un taxi et rejoignons l’aéroport international où notre vol réservé à l’avance pour Manaus en Amazonie nous attend pour 20h30. Le vol est assez tendu car des perturbations orageuses nous accompagnent pendant les 4 heures de vol. Nous atteignons Manaus vers minuit sous une chaleur accablante (36 °C). Nous sautons dans un taxi et arrivons enfin à notre hôtel réservé sur le net, malheureusement miteux, qui se situe proche du port où nous prenons du coup dès le lendemain matin le bateau direction Santarem, ville de 270 000 habitants située à environ 38 heures de trajet. Le Liberty Star, c’est le nom du bateau dans lequel nous navigons sur le fleuve Amazone, est à quai.

Si seulement nous avions été mis au courant des horaires bidons au Brésil, nous aurions eu finalement le temps de visiter le centre de Manaus et notamment son fameux opéra. En effet, le départ pour Santarem nous a été annoncé pour 10 heures du matin mais nous avons réellement quitté Manaus à 21h30 !!! Si vous savez compter, nous avons attendu dans le bateau 11h30 avant de quitter la ville. C’est donc de nuit que nous avons parcouru les premiers kilomètres sur le fleuve Amazone.

Nous avons eu de la chance car nous avons finalement réussi à obtenir une suite master (cabine avec grand lit et salle de bain à l’avant du bateau) là où le bruit des moteurs est moindre et avons ainsi échappé à la salle des hamacs où la chaleur, l’humidité et parfois les mauvaises odeurs sont de mises. Ouf ! Ce n’est pas vraiment le luxe mais nous avons tout de même gagné en tranquillité.

C’est donc au petit matin vers 05h30 que nous nous réveillons et admirons le lever du soleil sur le fleuve Amazone. L’instant est magique ! Il faut dire que les dernières nuits n’ont pas été réparatrices mais heureusement que ces instants uniques nous redonnent de l’énergie pour poursuivre notre Aventure.

Les heures s’écoulent tranquillement sur le bateau au fil de l’eau.

On rencontre des voyageurs du monde entier, peu nombreux en cette saison, et des locaux. On se raconte nos différentes expériences de voyages et nos avis mitigés sur l’accueil des touristes au Brésil. Il faut tout de même vous dire que peu de brésiliens parlent une autre langue que le portugais et que la communication n’est pas toujours évidente. Certains tentent de faire des efforts mais beaucoup n’en font aucun, ce qui peut freiner la convivialité que l’on rencontre toujours lors de nos voyages. 

Allez, une petite anecdote pour finir. Richard a tout de même danser la samba brésilienne sur le pont supérieur du bateau qui s’est transformé en piste de danse improvisée lors de notre dernière soirée sur le Liberty Star, avec Bianca, une résidente de Santarem, la bière locale aidant of course !

Après finalement 50 heures de bateau sur le fleuve Amazone, nous arrivons enfin le 15 juillet à 13h à Santarem. Quelle Aventure ! Cette descente du plus grand fleuve au Monde (jusqu’à 40 km de large par endroit !!!) fut certes très longue mais restera inoubliable et riche en souvenirs.

On va se reposer 2 jours à Santarem avant d’explorer la forêt Amazonienne en mode trek à partir du village d’Alter Do Chao situé à 30 kms plus au sud.  A suivre donc…